Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)

Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)

Idée reçue n°6: les feuilles ressemblent à ça

Commençons par une petit précision botanique, le plus souvent il ne s’agit pas d’une feuille, mais d’une foliole.

 L'ensemble de ce que l'on voit ci dessus forme la feuille, composée de 11 folioles.

L’ensemble de ce que l’on voit ci dessus forme la feuille, composée de 11 folioles.

La feuille qui se ressemble le moins est celle du conifère. Les conifères sont les plus vieux arbres du monde. Ils ont du faire face à beaucoup de phénomènes d’adaptation tel que sécheresse, vent, grand froid…du coup, ils ont modifié leurs feuilles en écailles ou en aiguilles.

photo1: aiguilles de pin, photo2: aiguilles de sapin, photo3: écailles de thuyaphoto1: aiguilles de pin, photo2: aiguilles de sapin, photo3: écailles de thuyaphoto1: aiguilles de pin, photo2: aiguilles de sapin, photo3: écailles de thuya

photo1: aiguilles de pin, photo2: aiguilles de sapin, photo3: écailles de thuya

Le conifère le plus surprenant en terme d’évolution du feuillage est le Gingko biloba. Le gingko est une espèce dite fossile, il est le seul et dernier représentant de son genre, apparu il y a plus de….270 millions d’années!

Sa particularité est liée à sa nervation (nervation dichotomique), qui dessine des ramifications sur la feuille comme s’ il s’agissait d’aiguilles qui s’étaient soudées. Deux nervures partent de la base et se divisent a plusieurs reprises. En fait on peut imaginer que la feuille se constituait de lanières qui se sont soudées au fil de temps avec des tissus favorisant la photosynthèse.

Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)

Ruscus aculeatus, le fragon petit houx est exceptionnel aussi dans son genre. Ses feuilles sont en réalités des tiges aplaties, ce qui donnent l’impression que les fleurs et fruits poussent a même les feuilles. Les feuilles sont les épines situées à l’extrémité des feuilles-tiges (cladodes) et ne peuvent pas assurer la photosynthèse, d’où le développement des tiges!

On retrouve les mêmes spécificités chez les cactées!

Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)
Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)

En intérieur, on peut observer le feuillage sphérique de Senecio rowleyanus. Ses feuilles forment des billes de 3 à 5mm de diamètre. Cette plante fait partie des succulentes, des feuilles capable de faire des réserves en eau dans leur feuille pour supporter les longues sécheresse.

Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)
Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)

Tolmiea menziessii, appelée La poule et les poussins par les allemands! Cette plante à la particularité de se multiplier par stolons fixés sur le limbe des feuilles, donnant l’impression que les feuilles poussent l’une sur l’autre.

Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)

Idée reçue n°7: les plantes ne bougent pas

Les plantes sont enracinées au sol et de ce fait ne peuvent pas se déplacer. Si l’emplacement ne leur convient pas, elles ne peuvent qu’attendre de disséminer leurs graines pour se développer ailleurs.

Pourtant, certaines plantes sont capables de se mouvoir. non pas pour parcourir plusieurs mètres mais au moins pour améliorer leur condition de vie.

C’est par exemple le cas de Desmodium gyrans, une plante dite sensitive dont on peut percevoir les mouvements à l’oeil nu. On dit qu’elle danse tellement les mouvements sont importants. Cette plante qui chez nous se cultive en intérieur réagit aux vibrations et à la lumière.

Mimosa pudica est également bien connue pour sa réactivité. Cette plante a développé un stratagème qui lui permet de ne pas se faire manger: au moindre contact, elle replie ses feuilles et prend l’allure d’une plante fanée.

Attention toutefois à ne pas trop abuser de ces capacités. La plante consomme beaucoup d’énergie pour mettre en œuvre ce stratagème, répéter le geste en viendrait à l’épuiser.

Idée reçue n°8: les plantes poussent sur le sol.

Et d’autres poussent dans les airs, sur les arbres. On les dit epiphytes. On pense tout de suite aux plantes tropicales type orchidées, tillandsia, corne d’élan….qui sont des plantes particulièrement surprenantes. Elles ont développé des mécanismes particulier leur permettant de capter l’humidité de l’atmosphère tels que la pilosité, la disposition des feuilles en entonnoir, voile absorbant sur les racines….

Plus local, on observe le même phénomène avec le gui (plante parasite) et avec les mousses, lichens, fougères de nos forêts.

Les orchidées que l’on achète n’ont donc absolument pas besoin de leur pot, il ne sert qu’à les faire tenir debout! c’est l’occasion de tenter de reconstituer l’environnement naturel de ces plantes dans nos maisons.

Ananas sauvage, orchidées, tillandsia et bromeliacées, mousses et fougère sur un érable
Ananas sauvage, orchidées, tillandsia et bromeliacées, mousses et fougère sur un érable
Ananas sauvage, orchidées, tillandsia et bromeliacées, mousses et fougère sur un érable
Ananas sauvage, orchidées, tillandsia et bromeliacées, mousses et fougère sur un érable

Ananas sauvage, orchidées, tillandsia et bromeliacées, mousses et fougère sur un érable

Idée reçue n°9: les racines sont dans le sol

On vient de le voir, certaines plantes poussent dans les airs, leurs racines ne sont donc pas cachées dans le sol.

Mais il existe d’autres plantes dont les racines forment des cathédrales ou d’étranges sculptures. Racines aériennes, racines échasses, pneumatophores..ces étrangetés concernent aussi bien des espèces locales que des plantes tropicales.

Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)

La première qui nous vient spontanément en tête c’est le palétuvier, présent dans les mangroves. Ce système d’échasse permet aux arbres de vivre sur « pilotis » et de ne pas être noyé dans l’eau salée des mangroves.

Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)

Un autre spécimen sur échasse:

Le figuier étrangleur, il ne s’agit pas d’un Ficus particulier mais d’une dénomination générale pour beaucoup de Ficus. Le Ficus s’enroule autour d’un arbre jusqu’à le remplacer complètement formant une véritable cathédrale en dentelle. Le lierre agit avec beaucoup de similitudes à la différence près qu’il n’étrangle pas l’arbre-support, il participe au contraire à sa santé par l’écosystème qu’il permet de développer.

Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)
Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)
Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)

Chez nous, notamment au jardin botanique de Montigny les Metz, on peut observer les pneumatophores du Cypres chauve. Ces excroissances permettent d’apporter de l’oxygène et d’améliorer l’ancrage des sujets en milieu marécageux.

Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)
Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)

Idée reçue n°10: les plantes se reproduisent par les fleurs.

C’est le mode de reproduction le plus courant et le d’ailleurs le premier thème de reproduction végétal abordé à l’école.

La floraison est parfois insignifiante ou passe inaperçue comme chez les erables par exemple.

noisetier et erable plane en fleurnoisetier et erable plane en fleur

noisetier et erable plane en fleur

Ces floraisons ont lieu à cycle régulier, ce qui perpétue la propagation des espèces. Pourtant, il existe une plante qui ne fleurit pas. une plante très à la mode actuellement. Dire qu’elle ne fleurit pas est une erreur, en réalité elle va fleurir une seule fois dans sa vie et sa floraison initie sa mort. Il s’agit du bambou. Si quelques bourgeons fleurissent, rien à craindre mais si la totalité fleurit et que les chaumes perdent leurs feuilles c’est mauvais signe. Il est dit que lorsqu’un bambou fleurit tous les bambous de la même espèce partout dans le monde fleurissent en même temps.

Certains bambous ont une floraison cyclique (tous les 30 ou 100 ans) d’autres n’ont pas de rythme et les raisons qui induisent la floraison est totalement inconnue.

fleur et fruit
fleur et fruit

fleur et fruit

Pour se développer les plantes ont recours a une reproduction asexuée. Elle aura lieu de différentes manières en fonction des espèces: stolons, spores, rhizomes, bulbilles, tubercules…

Stolons de fraises, spores de fougère, rhizome d'iris, rhizome de bambou, tubercule de pomme de terre, bulbilles d'alliumStolons de fraises, spores de fougère, rhizome d'iris, rhizome de bambou, tubercule de pomme de terre, bulbilles d'allium
Stolons de fraises, spores de fougère, rhizome d'iris, rhizome de bambou, tubercule de pomme de terre, bulbilles d'alliumStolons de fraises, spores de fougère, rhizome d'iris, rhizome de bambou, tubercule de pomme de terre, bulbilles d'allium
Stolons de fraises, spores de fougère, rhizome d'iris, rhizome de bambou, tubercule de pomme de terre, bulbilles d'alliumStolons de fraises, spores de fougère, rhizome d'iris, rhizome de bambou, tubercule de pomme de terre, bulbilles d'allium

Stolons de fraises, spores de fougère, rhizome d’iris, rhizome de bambou, tubercule de pomme de terre, bulbilles d’allium

Lire la suite de « Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2) »

Un jardin pédagogique contre les idées reçues (1ère partie)

On a tous une idée précise de ce qu’est un jardin et surtout on pense le monde végétal comme quelque chose de bien défini, nos enfants aussi. Pourtant la nature recèle de curiosités, et d’exceptions qui confirme la règle parce que le règne végétal est un modèle d’adaptation.

Pour ouvrir nos enfants aux mystère de la nature, pour susciter sa curiosité rien de mieux que de s’intéresser à ces plantes marginales qui modifient notre perception de l’environnement

L’idée c’est donc de réaliser un petit coin de jardin qui ne ressemble en rien à ce que l’on connait!.

Et comme tout le monde n’a pas la chance de pouvoir avoir un jardin, je vous propose quand c’est possible quelques plantes d’intérieur, pour pouvoir créer un espace végétal dans la maison!

Profitez également des promenades pour aiguiser votre œil, vous regarderez la nature bien différemment!

Idée reçue n°1: Les arbres sont grands

Il est vrai que la majorité des arbres se développe en hauteur dépassant les 7m voir beaucoup plus pour les conifères. L’arbre le plus grand du monde fait….115m! Donc oui les arbres sont grands mais d’autres sont ridiculement petits.

Gingko biloba ‘Troll’: 80 cm, l'espèce type mesure 25m!
Gingko biloba ‘Troll’: 80 cm, l’espèce type mesure 25m!

Thuja occidentalis ‘Teddy’: 35 cm, l'espèce type avec laquelle on fait des haies atteint les 15m de haut!
Thuja occidentalis ‘Teddy’: 35 cm, l’espèce type avec laquelle on fait des haies atteint les 15m de haut!

A contrario, les « herbes » que l’on imagine pas plus hautes que nos genoux si on ne les tond pas peuvent être de vraies géantes dépassant les 2m50.

On peut donc inverser les rôles au jardin en se mettant à l’ombre des herbes géantes et en observant ces arbres minuscules. Tout un monde à l’envers!

Stipa gigantea: 2.5m
Stipa gigantea: 2.5m

Miscanthus giganteus: 2.5m
Miscanthus giganteus: 2.5m

Idée reçue n°2: les plantes ont besoin d’eau.

Les plantes sont composées de 60à 90% d’eau. L’eau est vitale pour assurer le transport des substances nutritives, joue de nombreux rôle au niveau cellulaire…..et pourtant….

Il existe une catégorie de plantes que l’on appelle les plantes de la résurrection ou rose de jéricho (plante d’intérieur) qui parviennent à se passer d’eau pendant des années.

Ce sont des plantes dites préhistoriques, primitives qui se développent sur la roche et les sols secs en milieu aride. Lorsqu’une pluie arrive la plante à l’allure desséchée s’ouvre,se déploie et reverdit et petit à petit se referme pour conserver l’humidité en son cœur.

Selaginelle lepidophylla sèche et déployée

Selaginelle lepidophylla sèche et déployée
Selaginelle lepidophylla sèche et déployée

Anastatica hierochuntica
Anastatica hierochuntica

Idée reçue n°3: les feuilles sont vertes et les fleurs sont colorées.

Quand on pense aux feuilles on pense à la chlorophylle et forcément on pense vert, c’est logique et surtout c’est la norme même si les feuilles changent de couleur à l’automne.

Dans la même logique les fleurs sont colorées pour attirer les insectes qui vont leur permettre de se reproduire, instinct de survie.

On s’est habitué à l’idée de voir des feuillages tirant sur le jaune ou le rouge mais il y a plus surprenant: les feuillages noirs, et les fleurs noires ou vertes, oui oui!

Ophiopogon nigrescens, Ipomea Blackie, fleur de Pennisetum,fleur de Tacca Chantieri (pour l'intérieur),Ophiopogon nigrescens, Ipomea Blackie, fleur de Pennisetum,fleur de Tacca Chantieri (pour l'intérieur),
Ophiopogon nigrescens, Ipomea Blackie, fleur de Pennisetum,fleur de Tacca Chantieri (pour l'intérieur),

Ophiopogon nigrescens, Ipomea Blackie, fleur de Pennisetum,fleur de Tacca Chantieri (pour l'intérieur),
Ophiopogon nigrescens, Ipomea Blackie, fleur de Pennisetum,fleur de Tacca Chantieri (pour l’intérieur),

Fleurs d'Euphorbia dulcis, et d'Helleborus foetidus qui en plus d'avoir une fleur verte, leur met la tête en bas.. elle a donc choisit pour attirer les pollinisateurs de dégager une odeur forte.

Fleurs d'Euphorbia dulcis, et d'Helleborus foetidus qui en plus d'avoir une fleur verte, leur met la tête en bas.. elle a donc choisit pour attirer les pollinisateurs de dégager une odeur forte.
Fleurs d’Euphorbia dulcis, et d’Helleborus foetidus qui en plus d’avoir une fleur verte, leur met la tête en bas.. elle a donc choisit pour attirer les pollinisateurs de dégager une odeur forte.

Quand on regarde de près on se rend compte que le noir n’est pas pur, il s’agit la plus part du temps de brun très foncé, de bleu ou de pourpre. Le noir est rare dans le végétal et s’il est parfois le fruit d’une hybridation comme c’est le cas pour certaines roses ou tulipes, certaines plantes sont naturellement de cette teinte comme la Tacca ou l’Ophiopogon.

En ce qui concerne les couleurs, il y a d’autres surprises, au potager cette fois avec les aubergines blanches, pomme de terre ou carottes violettes, cardes colorées, fraises blanches….

Un jardin pédagogique contre les idées reçues (1ère partie)Un jardin pédagogique contre les idées reçues (1ère partie)
Un jardin pédagogique contre les idées reçues (1ère partie)Un jardin pédagogique contre les idées reçues (1ère partie)Un jardin pédagogique contre les idées reçues (1ère partie)

Et en bonus, un arbre exceptionnel qu’aucun de nous ne pourra mettre dans son jardin parce que nous ne vivons pas au bon endroit ( à moins de le cultiver en bonsai en intérieur), pour le plaisir des yeux, parce qu’il est extraordinaire que quelque chose de pareil existe:

Eucalyptus deglupta, l’Eucalyptus arc en ciel.

Le tronc se compose de différentes couches d’écorces qui se détache en fin lambeaux. D’abord vert clair, l’écorce change de couleur en vieillissant, du vert clair au marron en passant par les bleus, les rouges, les oranges…du plus clair au plus foncé.

Un jardin pédagogique contre les idées reçues (1ère partie)Un jardin pédagogique contre les idées reçues (1ère partie)
Un jardin pédagogique contre les idées reçues (1ère partie)

Idée reçue n°4: Les fleurs sentent bon

Les fleurs sont odorantes pour délivrer un message chimique.Il s’agit du résultat de la co-évolution plante/insecte: le parfum participe à l’attirance des animaux, comme la morphologie et la couleur de la fleur. Chaque plante à sa signature odorante pour attirer un animal particulier.

Le parfum des fleurs est parfois léger, parfois suave, entêtant ou inexistant, parfois littéralement surprenant voir rebutant!

 

Ovules et feuilles de Gingko
Ovules et feuilles de Gingko

Le Gingko biloba femelle: une odeur d’oeuf pourri

Le Gingko biloba ne fait pas de graine. Il y a donc une plante mâle qui porte des chatons, et une plante femelle qui donne des ovules (plante dioïque). Lorsque les ovules tombent au sol et commencent à se rider, et libère alors de l’acide buanoique à l’origine de cette odeur nauséabonde qui évoque l’oeuf pourri pour certains, ou le vomi pour d’autres.

Un jardin pédagogique contre les idées reçues (1ère partie)
Chénopodium vulvaria: le cadavre en décomposition.

cadavre ou poisson pourri, cette annuelle ne se trouve pas en Lorraine mais elle est très répandu dans e reste de la France. Malgré son odeur, les populations Touaregs la consomment en réduisant ses graines en farine.

Un jardin pédagogique contre les idées reçues (1ère partie)
Himantoglossum hirsutum: odeur de bouc

 

Cette orchidée n’est pas extraordinaire mais se remarque facilement avec son coté hirsute et sa grande taille pour une orchidée sauvage.

Un jardin pédagogique contre les idées reçues (1ère partie)
Bituminaria bituminosa: une odeur de…bitume!

Plus commune dans le bassin méditerranéen que chez nous, il fallait quand même que je vous présente cette petite plante qui ressemble au trèfle et dont la tige et les feuilles dégage une odeur de goudron.

Geranium robertianum, un parfum de poussiere!

On attend autre chose de cette plante sauvage que l’on retrouve en forêt!

Les plantes à odeurs étranges sont nombreuses, plus qu’on ne le croit! odeur d’ammoniaque, d’urine, d’iode….ou alors de caramel (Cercidiphyllum siliquastrum), de carotte (Liquidambar styraciflua).

Un jardin pédagogique contre les idées reçues (1ère partie)Un jardin pédagogique contre les idées reçues (1ère partie)
Un jardin pédagogique contre les idées reçues (1ère partie)
 

Idée reçue n°5: les fleurs ressemblent à ça, un cœur entouré de pétales

Une fleur se compose de différents éléments: un  calice, une corolle, un androcée et un gynécée.

Et pourtant il existe des fleUn jardin pédagogique contre les idées reçues (1ère partie)urs sans pétale:

La clématite en fait partie. Le calice qui est  normalement petit et vert et dans ce cas surdimensionné et coloré et passe pour une corolle.

Des fleurs groupées:

Dans le cas de Tanacetum vulgare, ou Echinops ritro on pourrait croire qu’il s’agit d’une fleur sans pétale mais en fait il s’agit de plusieurs fleurs collées les unes aux autres.

Sans calice et sans corolle:

Les Euphorbia sont des fleurs tronquées, il s’agit en fait uniquement de bractée, des petits pièces florales aux allures de feuilles, d’où leur couleurs particulières. C’est également le cas des Poinsettias que l’on voit dans les maisons à Noël ou de Davidii involucrata, l’impressionnant arbre aux mouchoirs.

Photo1: Clematite, photo2: Tanaisie,Photo 3: Echinops ritro, Photo4: Euphorbe, photo5: Poinsettias, photo 6: arbre aux mouchoirsPhoto1: Clematite, photo2: Tanaisie,Photo 3: Echinops ritro, Photo4: Euphorbe, photo5: Poinsettias, photo 6: arbre aux mouchoirs
Photo1: Clematite, photo2: Tanaisie,Photo 3: Echinops ritro, Photo4: Euphorbe, photo5: Poinsettias, photo 6: arbre aux mouchoirsPhoto1: Clematite, photo2: Tanaisie,Photo 3: Echinops ritro, Photo4: Euphorbe, photo5: Poinsettias, photo 6: arbre aux mouchoirs
Photo1: Clematite, photo2: Tanaisie,Photo 3: Echinops ritro, Photo4: Euphorbe, photo5: Poinsettias, photo 6: arbre aux mouchoirsPhoto1: Clematite, photo2: Tanaisie,Photo 3: Echinops ritro, Photo4: Euphorbe, photo5: Poinsettias, photo 6: arbre aux mouchoirs

Photo1: Clematite, photo2: Tanaisie,Photo 3: Echinops ritro, Photo4: Euphorbe, photo5: Poinsettias, photo 6: arbre aux mouchoirs