Demain

Une étude de 2012 affirme que dans 20 ans nous serons au plus fort de la crise environnementale, économique et écologique. Dans 20 ans, demain….

Ce soir j’ai assisté à la projection du film « Demain« .

demain_film

En ce qui concerne la forme, rien à redire. il est très bien fait et accessible. Le seul bémol revient à la mise en scène, inutile et sans lien et à l’esthétique parfois en décalage avec le propos. On pourrait parfois se croire dans un « Yan Arthus Bertrand ».

Il se décomposée en chapitres,  chaque chapitre étant lié et interconnecté aux autres. Tous les thèmes sont traités avec clarté, alternant témoignages vécus et paroles d’experts, aux 4 coins du monde.

  • la nourriture, avec entre autre  le démarrage des Incroyables Comestibles à Todmorden et Détroit et les fermes urbaines, la permaculture à la ferme du « Bec Hellouin »…
  •   l’énergie avec l’exemple de Reyjavik et de ses énergies alternatives, les Villes en Transition de Bob Hopkins, le Danemark et ses vélos
  •  l’économie avec les monnaies complémentaires évitant la fuite de l’argent,                l ‘entreprise Pocheco, d’une exemplarité incroyable que l’ on a entendu récemment sur France Inter. C’est à mon sens le meilleure chapitre même si à l’approche d’un passage un peu plus pointue on sens la vulgarisation à plein nez.
  • la démocratie avec l’histoire trop méconnue de la révolte Islandaise, et l’histoire de ce maire en Inde qui révolutionne les pratiques politiques et culturelles.
  • l’éducation. Une fois de plus on nous montre l’exemple de la Finlande, toutefois, cette fois ci on a le droit a des scènes qui nous permettent de mieux nous rendre compte de la façon dont ils fonctionnent, mais pas après 14 ans…

Sur le fond, je vais être honnête, je me suis ennuyée assez longtemps. Parce que la majorité de ce qui était dit n’avait rien de nouveaux. Parce que ça m’intéresse, que je fais partie d’un réseau, que j’ai rencontré du monde, écouté des émissions etc… Parce que je fais partie des « avertis ». Et le hic est là. On y entend des choses milles fois entendues. Alors si ce film est destiné à nous donner envie d’agir, à nous sensibiliser, à nous provoquer ce n’est pas dans de petites salles, relayé par des assos drainant un public averti qu’il doit être diffusé.

Le film est traité avec légèreté, ce qui à l’avantage de le rendre plaisant mais assez démago.  J’aurais aimé que l’on ne se contente pas d’effleurer le sujet mais d’aller un peu plus loin. Notamment concernant le système de batterie pour stocker l’énergie Eolienne. Les batteries ne sont pas sont pas sans conséquence sur l’environnement et elles doivent être conséquentes, il est donc regrettable que ça n’ait pas été au moins abordé.

J’aurais aimé savoir aussi comment la Finlande a effectué la transition d’un système scolaire traditionnel à celui qu’on nous montre, inspiré des pédagogies actives, sans notion de compétition entre établissements ni d’inspection, entièrement gratuite (cantines comprises) et pourtant avec 2 enseignants par classe! Comment le gouvernement a t’il fait la culbute??

Vraiment trop de légèreté parfois, notamment sur l’exemple de la ville de San Francsico . Pour une fois  pas entendre  de  déesse Béa Johnson, On nous y explique le ramassage des ordures y compris des déchets verts et la production de compost. Quid de la méthanisation… Alors oui ca fait économiser de l’argent à la ville, mais ce n’est pas du tout le meilleur moyen de responsabiliser les habitants sur la réduction des déchets. Le meilleur déchet étant celui qui n’existe pas sauf quand on fait du fric avec ;-), ce qui ne me semble pas compatible avec l’idée de consommer moins qui est pourtant répéter pendant le film, à moins que ça ne se limite qu’à la consommation d’énergie fossile… Quant au compost produit  » bien fin pour nourrir les plantes », c’est carrément un non sens par rapport à ce qui est présenter en permaculture. Non seulement le compost industriel est mort, mais en plus ce n’est pas la plante que l’on doit nourrir mais le sol si l’on veut faire en sorte que notre système  » arrête de marcher sur la tête ». C’est un détail me direz vous, mais il y en a d’autres!

Vous devez me trouver tatillonne ou rabat joie, je l’assume! j’aime les choses justes. Ce film n’amène pas beaucoup de réflexion , il répète des vérités que l’on a tous entendu maintes fois  sur un ton assez désagréable parfois mais tout de même , il joue son rôle. Son but était de montrer une vision positive du changement climatique, pleine de promesse et d’espoir, un futur qui peut être excitant comme dirait Bob Hopkins. Pari gagné!

Et pour les plus téméraires prêts à s’engager dans l’action, on trouvera sur le site du film  plein de piste à suivre pour se mettre au boulot.

Si vous voyez le film sans qu’il soit relayé par une asso, sans débats ou  autres, il existe plusieurs associations locales et/ou nationales que vous pouvez contacter pour participer à des projets:

http://www.agirpourlenvironnement.org/association

http://www.colibris-lemouvement.org/

http://www.amisdelaterre.org/

http://www.sortirdunucleaire.org/

http://www.cpie.fr/

Publicités