Fêtons l’automne

Une belle journée pour célébrer l’automne, le soleil est là et avec nous une vingtaine d’enfants accompagnés de leurs parents. Il n’y aura jamais eu tant de monde au jardin, mais chacun trouve sa place.

Les plus petits partent spontanément vers l’Arbre  Tombé.Les plus grands se dirigent directement vers  les ficelles, rubans  et trésors de la nature que nous avons collecté ensemble sur le chemin. Comme chaque fois, cette balade vers le jardin nous permets de faire connaissance, de découvrir ensemble les plantes que nous collectons.

Le mobile de pommes de pin a suscité beaucoup d’inspiration. Les couronnes de liane sont partis comme des petits pain, il a fallut en préparer d’autre. Après avoir vu les gestes, des groupes se sont dispersés pour aller chercher de la liane de clématite ou de lierre.

 

Ensuite chacun y est allé de sa touche personnelle. Parure de cheveux, ornement pour la maison, tout est bon, les idées sont là, la créativité est au rendez vous. Les mains s’activent, les visages sont à la fois souriants et concentrés.

L’atelier touche à sa fin, il est tard mais personne ne s’arrête. quelques personnes nous quittent et l’on décide de prendre le gouter. On se retrouve tous ensemble, dans un beau moment d’échange et de convivialité. Au final l’atelier aura duré 2h de plus la fraicheur et l’humidite de la foret qui arrive nous pousse à rentrer au chaud mais personne n’en a envie.

C’est ce que j’aime dans ces ateliers, ce sentiments que nous vivons un moment en dehors du temps.

Publicités

Nouvelle organisation

Après un temps mort sur le blog avec la reprise du travail me revoici! Mais si le blog est resté silencieux quelque temps, les ateliers eux ont continué mais sous une autre forme.

Plus de thème systématiquement attribués, les ateliers ont lieu tous les derniers week end de chaque mois et les activités sont définies le jour même selon la météo. Je sais que les parents sont toujours contents de savoir ce qui va avoir lieu et à quoi il s inscrivent leurs enfants exactement, mais cette nouvelle organisation me permets beaucoup plus de souplesse dans les ateliers et surtout, ça m’évite d’avoir à annuler pour cause d’intempérie!

Cela dit, je pense que chacun sait maintenant ce qu’il vient chercher à l’Arbre à Noyaux, que le thème soit annoncé ou non.

Autre changement, l’Arbre à Noyaux organise maintenant également des cercles de femmes avec Mamand’ala (on ne change pas une équipe qui gagne hein! Mamand’ala et moi c’est une longue histoire!). D’autres projets verront le jour avec d’autres personnes, toujours dans la veine de la nature, de l’esthétique de la (re)connexion et du plaisir.

Je vais essayé de rattraper mon retard sur les articles et en attendant le dernier atelier est ici!

Des guirlandes pour les oiseaux

L’Arbre à Noyaux est partenaire de l’association Bienveillance en Famille pour des ateliers saisonniers.  Pour le premier de l’année, et malgré une météo plus automnale qu’hivernale, nous avons proposé un atelier sur le nourrissage des oiseaux. Un atelier comme toujours basé sur l’esthétique, faire des guirlandes jolies pour habiller les arbres tout en aidant les oiseaux à se nourrir.

 

Malgré la pluie et les virus en tout genre, 8 familles nous ont retrouvé autour de l’étang de la ballastière. Avant d’aller observer les cygnes, les canards et les oies d’Egypte, nous avons discuté des oiseaux que l’on voit habituellement dans nos jardins et ce qu’on leur donne à manger. img_8742 img_8744 img_8748

L’occasion de rappeler que le pain n’est bon pour aucun animal, en particulier pour les canards et cygnes.

 

Alors que peut on donner aux oiseaux? Des oléagineux, riches en lipides et en protéines, des fruits frais ou trop mûrs, des graines et bien sûr, ce que l’on trouve dans leur environnement direct comme des baies ou des herbes pour les oiseaux aquatiques.

C’est le moment de lancer la chasse aux baies. En fin d’hiver, on trouve majoritairement des baies de lierre. Mais toutes les baies que l’on trouve sont bonnes pour eux.

dscn0742 dscn0745 img_8736

Retour au chaud et au sec. c’est le moment du gouter et de réaliser nos guirlandes nourricières.

Pour cela il vous faut: de la ficelle, des ciseaux, et de la nourriture. Ici nous avons donc des baies de lierre, des cacahuètes et des pommes.

dscn0750 img_8757

Pour les cacahuètes et autres fruits à coques, le mieux est de briser légèrement la coque pour aider les oiseaux.

C’est prêt, il n’y a plus qu’à accrocher et à observer!

img_8758 16864652_10212146403921245_296044656159086492_n 16864816_10212146403681239_7610972051083485349_nMerci Rose et Tereza pour vos photos!

Totems!

Aujourd’hui nous avons passé un après midi au jardin à fabriquer des totems. Comme les mats totémique des amérindiens, nous avons utilisé de vrais branches, bien que non plantées dans le sol) issues du noisetier du jardin.

Sculptés, peints, tissés, gravés, tout les technique ont été utilisées. Contrairement au dernier atelier, les enfants se sont prêtés au jeu avant d’aller escalader le vieux tronc ou s’inventer des histoires armées des cannes à pêches à rubans.

dsc_0486 dsc_0487

La cabane en osier a été prise d’assaut et a servi de repère à des armuriers en pleine réalisation de lances et de flèches.

dsc_0578-jpg

Les petits cassent des noisettes.

dsc_0595

 

 

Et ailleurs la peinture devient body-painting, et on en profite pour laisser des empreintes.

dsc_0560 dsc_0562 dsc_0575

a

Les enfants comme les adultes essaient et se laissent prendre. A la fin, les enfants jouent, et les parents s’amusent. On découvre des techniques, et des sensations nouvelles aussi.

dsc_0586 dsc_0598 dsc_0591 dsc_0494 dsc_0485 dsc_0497

Malgré le soleil le froid commence à se faire sentir. Ça tombe bien, les totems sont finis. On papote un peu autour d’une tisane et d’un bout de gâteau et surtout on profite de la cabane qui sert à exposer les mats en cours de séchage.

dsc_0553 dsc_0490 dsc_0507 dsc_0495 dsc_0502 dsc_0590 dsc_0607 dsc_0588 dsc_0589

b

dsc_0576-jpg2

C’est l’automne!

L’automne est là avec encore un petit air d’été. Ciel bleu et soleil au rendez vous, la météo parfaite pour préparer l’automne.

Comme d’habitude, rien de bien particulier. Mais la conscience du changement de saison, du temps qui passe fait de plus en plus sens, alors on a d’avantage insisté sur ce qui caractérise cette saison.

Au programme de la journée: balade, récolte, création, cuisine, dégustation et lecture!

Pas de table des saisons chez nous c’est toute la maison qui se pare des couleurs de l’automne.

On commence la balade par ce petit coin qu’on appelle « les richesses », c’est le coin des potagers, des sources et des vergers abandonnés. On va glaner quelques quetsches chez les ânes. Voici Lilou, qui est née il y  a quelques semaines.

img_0421

Le village regorge de vigne, alors on en profite, ça fait des semaines que le Petit Chou lorgne sur les grappes, ça y est il est enfin mûr, le signe d’un automne fait d’abondance??img_0412A force de ramasser des branches, il me vient une idée. Fabriquer non pas une roue des saisons mais un cadre naturel. A chaque saison, on en décorera un quart. Je le laisse faire sa récolte, et on improvisera. img_0406Pour le gouter, on mets la main à la pâte et on réfléchit a ce qui nous fait penser à l’automne.    Cuisine créative… dsc_0176dsc_0174Soyons honnêtes, on a travaillé en binôme! Il  a préparé la pâte à biscuits, la étalé, et a façonné la tête des escargots, il a tracé  la nervure principale des feuilles.dsc_0188Création du petit chou inspiré du livre « la super fête des gommettes »dsc_0202Création de la maman 😉1 Après le gouter, on bricole et on représente l’automne avec les éléments rapportés: Vigne vierge, samares et cônes de sequoia. J’accroche, mais c’est lui qui détermine les emplacements.dsc_0170 dsc_0172   On installe nos élémentsdsc_0205 DSC_0785 Pour fabriquer des lutins ou des animaux à partir d’éléments de nature, c’est par ici!DSC_0779On réorganise notre collection de nature, sous forme de cabinet de curiosité: nid d’oiseau, lichen, plume de faisan, pomme de pin, noisetier de byzance,cône d’épicea, liane…

DSC_0772

Et notre collection de plumes qui s’agrandit chaque jour en attendant de prendre vie sous une autre forme.dsc_0206 On fabrique des suspensions avec des lichens fruticuleux, celui qui se présente sous forme de bouquets sur les branches.Sur le coté c’est une petite fée de Fuchsia 🙂dsc_0208Et nos pommes de pin encore: cône d’araucaria dsc_0214 Cone de pindsc_0219 Cones d’épicea et de sequoias, bogues de marronier.dsc_0220Comme on a peu d ‘occasion de faire la fête, on en profite jusqu’au bout et le soir c’est un repas amélioré, avec de la belle vaisselle et du jus de pomme. En dessert pomme glanée au four bien sûr!Ma petite gourmandise d’automne à moi, a été de faire des feuilles en chocolat. j’ai toujours eu envie d’en faire et c’est assez simple à réaliser mais c’est très fragile!dsc_0255 pomme au fourPour les feuilles en chocolat il vous faut:

du chocolatdsc_0222 Des feuilles, de préférence assez rigides et lavéesdsc_0221 On trempe le pinceau dans le chocolat fondudsc_0226Et on enduit la feuille, que l’on mets ensuite au congélateur un bon quart d’heure. On peut repasser une deuxième couche si la première est trop fine. dsc_0224Et voilà! dsc_0250 dsc_0253

 

Et avant d’aller au lit, on positionne la roue des saisons sur l’automne et on lit quelques livres.

dsc_0234

dsc_0248
Maintenant que tu sais de Anne Crausaz
dsc_0245
le livre des saisons de Susanne Rotraut Berner

Bel automne à tous!

Créatures d’automne

L’été est encore là mais on sent déjà poindre l’automne. Pendant nos balades, on ramasse des marrons dans leur bogue, des fleurs fanées et des pommes de pin. Les feuilles commencent à tomber et à changer de couleur.

Nos promenades qui étaient jusqu’à maintenant gourmandes nous font entrer dans l’imaginaire alors une fois rentré, on donne vie à nos trésors récoltés.

 

DSC_0782

-Maman hérisson et son petit

DSC_0788 DSC_0787

Il vous faut:

-deux bogues de marrons. On récupère la moitié qui présente une ouverture au milieu.

-des graines pour les yeux (ici des graines de buis)

-de la pâte autodurcissante

-des boites de conserve, des rubans, du papier, des feuilles etc…pour les abriter

On façonne le hérisson dans la bogue en allongeant l’extrémité pour le museau, on place les graines de part et d’autres. On ajoute des pattes et le tour est joué. Il n’y a plus qu’à leur trouver un petit nom.

DSC_0746 DSC_0745 DSC_0747

Pour la maison, on découpe une bande de papier que l’on encolle et avec lequel on entoure la boite.  On pose ensuite un ruban que l’on attache à une branche, une tringle, un clou….

DSC_0749 DSC_0751 DSC_0754

Et on recommence autant de fois que l’on veut!

L’elfe de l’automne.

DSC_0781

 

 

 

Il vous faut:

-Un calice pour le chapeau (plus résistant qu’une fleur même séchée)

-des fleurs, des feuilles

-de la pâte autodurcissante

-des graines pour les yeux (toujours du buis )

-des boites de conserve, des rubans, du papier, des feuilles etc…pour l’installer

On façonne l’elfe à partir d’un seul bloc que l’on modèle, sinon il casse, en partant de la tête. Pour les oreilles on réalise une entaille sur le coté de la tête et on étire en pointe la pate.

On lui pose son chapeau, ses yeux et les fleurs dans la main.

DSC_0779

Il ne reste qu’a le vêtir. Ici le petit chou a choisi une chute de tissu, mais on peut utiliser de la mousse, des pétales, des plumes…

 

Voilà! l’elfe a rejoint les hérissons et le tableau pourra s’étoffer au fur et à mesure de l’avancée de l’automne!

DSC_0783

 

 

 

Se déguiser: 6 idées d’inspiration éphémère

Les jouets, ça traine, ça s’entasse, ça s’oublie….oui mais et les jouets éphémères alors? Ceux que l’on trouve au détour d’une rue, dans un parc au pied d’un arbre? ils ne sont pas faits pour durer et c’est tant mieux parce que si on les ramène à la maison, comme les autres, on les oublie. Du coup chez nous tout devient éphémère, y compris les déguisements.

Aujourd’hui je vous propose 6 idées de déguisements , à réaliser en 5 minutes maximum.  Il n’y a besoin de rien!

Deux feuilles de fougères ou autres grandes feuilles, glabres ou velues, peu importe. Pourquoi même de la plante d’intérieure, ou exotique comme du bananier.

Deux bouts de ficelles  pour attacher les feuilles ensemble et passer autour des épaules,et voilà des ailes pour voler aux cotés des martins pêcheurs, des rapaces, ou des fées.

13925868_1668217856837854_2028186040301668826_o

Des fleurs toutes simples et des lianes de clématite et voilà une  une traine de nymphe ou de mariée. On réalise une couronne de fleurs et on y glisse de longues lianes.

2 076

Des feuilles d’iris, d’hémérocalles ou de grandes graminées, ligaturés avec une feuille et coincés dans le pantalon pour se pavaner comme un coq!

DSC_0582

On coupe, on effeuille de la  fougère et voilà des moustaches. Fashion!

&

Des feuilles mortes ou non, des pommes de pins et autres trésors que l’on pique dans de la liane entortillée pour une couronne de roi de la foret,

DSC_0247

 

Une feuille d’iris, des plumes, des feuilles, bref ce que l’on trouve, enroulés autour de la tête et agrafés avec un bout de bois pour un jouer aux indiens ou pour un costume années 30 😉

DSC_0523

A vous de jouer!

Brownies!

Le résultat était inattendu…j’expérimentais pour obtenir une génoise légère comme des plumes quand…j’ai obtenu un brownie!

Pour une fois j’ai noté mes essais je peux donc vous partager la recette:

brownie végan

Il vous faut:

100g de chocolat

5ml d’huile

4 cs de sucre

90ml de compote

40g de farine

5g d’arrow-root

5g de poudre à lever (sans phosphate de préférence!)

2g de bicarbonate de soude

1 g de sel

un peu d’eau

des oléagineuses en tout genre

On mélange les poudres ensembles, et à part, le chocolat, la compote et l’huile. On ajoute ds noix, des amandes…ou rien du tout!

Incorporer délicatement les poudres et mettre à cuire à 180° pendant 30 minute environ. Le gâteau va monter, il doit redescendre. Si ce n’est pas le cas, aidez le avec une pointe de couteau! Sinon vous obtiendrez. un gâteau plus « classique »!

brownie végan

L’incontournable pâte à tartiner

L'incontournable pâte à tartiner

C’est le grand dam des gourmands quand il faut supprimer les plv/c/b…on ne peut plus manger de Pâte à tartiner au chocolat. On parvient à en trouver une ou deux sans trace de lait mais elles sont rares, trop forte en chocolat à mon gout et contiennent de l’huile de palme.

 

 

A force d’essai, j’ai réussi à trouver le gout et la texture qui me conviennent avec très peu d’ingrédients. Pour la conservation, la question ne se pose pas, le pot ne fait pas long feu…

Pour un pot de 500g:

250g de poudre de noisettes (non émondées) ou de noisettes entières

160g de chocolat noir

108g (c’est précis!) de sucre roux

Huile ( de noisette) si nécessaire

Mixer les noisettes jusqu’à obtenir une purée. L’huile des noisettes va se libérer au fur et à mesure, c’est assez long. Il est nécessaire de faire des pauses régulièrement pour rassembler la poudre vers les lames et surtout pour ne pas faire chauffer noisettes.

Faire fondre le chocolat au bain-marie.

Quand on a obtenu une purée bien lisse, on ajoute le chocolat fondu encore chaud et le sucre. De cette manière, le sucre a le temps de fondre, puis on mélange le tout pour bien homogénéiser. Éventuellement on peut remixer pour un mélange bien lisse, et ajouter de l’huile si le mélange est trop épais.

Les plus patients pourront attendre que la pâte soit froide pour la gouter.

Pour les plus pressés, en magasin bio on trouve une très bonne purée de noisettes au sucre roux. Elle est très bonne comme ça, mais avec du chocolat c’est encore meilleur!

L'incontournable pâte à tartiner

Il suffit d’un brin d’herbe!

On a tendance à aimer les pelouses bien tondues et pourtant l’herbe haute y compris celle de nos jardins est extrêmement riche tant au niveau de la biodiversité que des possibilités de jeux.

Pour vous convaincre de laisser chez vous un coin non tondu ou de profiter des espaces naturels, voici quelques idées de jouets buissonniers. Fétuque, ray-grass, dactyle et même chiendent, tout est bon pour créer et s’amuser.

DSC_0100

Pour les amateurs de bijoux éphémères, un bracelet tressé!

DSC_0085 DSC_0074

On sélectionne une graminée aux feuilles assez longues et larges et on prélève 2 feuilles.

On les superpose en croix et on replie l’extrémité du dessous pour la ramener entre les deux moitiés du haut.

DSC_0330

On se retrouve donc avec deux morceaux de feuilles a gauche et deux à droite. On va maintenant rabattre la feuille tout à gauche entre les deux de droite en passant sous la première du coté droit. On recommence avec celle qui est tout a gauche et ainsi de suite.

DSC_0331 DSC_0332 DSC_0333 DSC_0334 DSC_0335

Si nos feuilles sont bien longues, on pourra faire un tour de poignet complet, sinon il faudra le prolonger comme sur la photo en glissant un brin d’herbe à nouer.

Pour terminer, il suffit de replier et de coincer les extrémités sur l’envers du tissage.

DSC_0072

Un petit bateau à voile

DSC_0196

On choisit des graminées, peu importe la longueur de la feuille. Si elle est très large, on la replie en deux.

On plie l’extrémité de la feuille et on l’enroule sur elle même. Quand le brin est fini, on peut en ajouter un deuxième, un troisième…jusqu’à obtention de la taille désirée.

DSC_0101

Avec une nouvelle feuille, on va maintenir le tout et former la voile.

 

Au centre du bateau on glisse une tige avec une feuille coupée. Si on la laisse entière elle va déséquilibré l’embarcation. On va alors maintenir le mat et le reste du bateau en enroulant une feuille autour. On commence par en dessous , on passe au dessus , d’un coté du mat, puis de l’autre. Pour finir, on glisse l’extrémité dans les boucles formées en dessous.

DSC_0103

C’est partie pour faire la course!

DSC_0162 DSC_0159 DSC_0167

Un moulin à vent!

DSC_0293

Très facile à faire et qui plait à tous les coups! On repère une tige bien ronde et un peu épaisse. Pour ça, le chien dent est parfait. On mets de coté une feuille assez plate et rigide et on coupe un tronçon de tige.

 

On fait une première entaille ( à la main ou au couteau) vers le centre, puis une deuxième en tournant le brin de 90° environ.

DSC_0272

On coupe notre feuille en deux puis on glisse un brin dans chaque entaille. Plus les feuilles sont longues, moins ça marche. Les deux feuilles doivent former une croix.

DSC_0276 DSC_0275

Pour jouer, on glisse la tige entre nous doigts, sans la serrer et on souffle, ça tourne! On peut aussi le faire sous un filet d’eau.

DSC_0296

Une pirogue.

Mon fils aime jouer dans l’eau vous l’aurez compris donc chez nous tout est bon à la construction d’embarcation. Voici donc un autre type de bateau un peu plus « poétique » et que l’on peut charger!

DSC_0284

Pour ça on va prendre une feuille de graminée mais ça peut fonctionner aussi avec du plantain lancéolé, une feuille d’iris ou n’importe quelle plante à feuillage assez souple et long.

On coupe la pointe et on replie la feuille comme un bracelet.

DSC_0288

DSC_0289Sur une extrémité on déchire la feuille en deux endroits pour la couper en 3 morceaux. On fait la même chose de l’autre coté.

DSC_0290

Maintenant on soulève la languette du milieu et on enfile les deux autres l’une dans l’autre. On répète l’opération de l’autre coté et voilà.

DSC_0292

Plus qu’à mettre à l’eau et à charger!

DSC_0281 DSC_0282

Des nattes!

DSC_0226

L’utilisation de jeu la plus spontanée du brin d’herbe reste la tresse. On peut juste tresser pour le plaisir de laisser une marque dans la nature ou pour préparer les nattes d’une poupée ou d’une fée.

Des fées en herbe.

Cette idée n’est pas nouvelle mais je la remets ici tout de même.

Repérer une belle touffe d’herbe et prélever de nombreux brins. Séparer le bouquet en 2 et former une croix. On replie en deux chaque bouquet et on ligature avec une cordelette ou un autre brin pour façonner une tête.
DSC_0192
Pour former les ailes, on va couper ou récupérer une fine branche souple dont on replie les extrémités vers le centre.
DSC_0193
On ligature et on fixe au corps de la poupée avec du fil.
DSC_0245
Il ne reste plus qu’à ajouter une couronne, un chapeau de fleurs, une collerette, décorer la robe… pour donner vie à vos fées!
DSC_0246