Tissage végétal

On ne se croirait pas du tout la veille de la rentrée. Il fait beau, pleins de mamans ( et une grand-mère!) sont assises autour de la table envahie par les feuilles, les fleurs, les bouts d’écorce et les pelotes de laine et papotent tranquillement, parfois un bébé au sein ou dans le dos.

DSC_0661.jpgz

Normalement, c’est un atelier parents-enfants mais les enfants eux ne sont pas là! Ils sont dans le noisetier, dans la cabane en osier, se sont transformés en chevaliers, un seau sur la tête. Ils jouent aux kaplas géants et parfois, viennent voir ce que l’on fait, ou grignoter quelque chose.

DSC_0697 DSC_0696

DSC_0718.jpga DSC_0737

C’est la veille de la rentrée et les mamans tissent avec légèreté et beaucoup d’inspiration.

On a profité de la balade jusqu’au jardin pour collecter, des branches, des feuilles, des tiges, et tout matériaux qui nous fait de l’œil et nous inspirent.

Une fois bien installée, on passe aux choses sérieuses.

Etape 1: on réalise le cadre. Pas besoin de branches bien droites, pas besoin de se mettre à l’équerre ou d’avoir des branches d’épaisseurs égales. Il n’est d’ailleurs pas nécessairement utile de faire un cadre carré ou rectangulaire, on peut faire un triangle, utiliser une fourche ou un cercle!

DSC_0666

DSC_0682

DSC_0705

Il suffit de se laisser guider par le végétal que l’on a dans les mains 🙂

Etape 2: on prépare la trame, avec du fil, de la ficelle, du nylon, de la laine…de la liane dont on a enlevé les feuilles? On la fait très espacée ou au contraire très serrée, mais dans tous les cas, la trame doit être bien tendue!

a

DSC_0665

Etape 3: on tisse! Dessus/dessous/dessus, on glisse les brins d’herbe, les brindilles. On ajuste, on resserre, on coupe ce qui dépasse ou au contraire on laisse.  On fait un tissage dense ou très aérien, comme un tableau. Monochrome ou fleuri!

DSC_0700 DSC_0687

 

 

Etape 4: On accroche!

Le tissage réalisé tiendra 15 jours environ en fonction de l’exposition et des végétaux choisis.

DSC_0710DSC_0708 DSC_0713 DSC_0707

DSC_0719 DSC_0711

On peut aussi tisser sur des métiers en bois ou en carton, plus solide mais au rendu très différent. On peut par exemple réaliser un tissage très dense qui une fois sortie du étier, pourra servir de cache pot, photophore, set de table…..

DSC_0738 DSC_0731 DSC_0729

Ou alors on peut utiliser les arbres comme support, en installant une trame entre les branches. Une vraie parure végétale!

DSC_0688

 

 

Publicités

Fabriquer des objets en osier

Le dernier atelier de cette série ! Malgré quelques absences et le fait que le soleil ce soit caché, on a passé un moment fort agréable autour de l’osier.

DSC_0274

Histoire de commencer en douceur après la haie et la cabane, on a fait quelques structures en pot, qui reprennent les bases des tressages préalables, en plus de quelques autres.

DSC_0283 DSC_0285

C’était aussi l’occasion de laisser aller son imagination et de libérer sa créativité, une étape pas toujours évidente, mais les « vanniers en herbe » se sont bien pris au jeu. Tranquillement, sans rien dire, après quelques hésitations, les formes ont commencé à émerger.

DSC_0276 DSC_0297 DSC_0296 DSC_0295

DSC_0293

Pendant ce temps, les enfants se sont appropriés le jardin. Epée ou ballon de bois, arc et flèche ou simplement courir, grimper aux arbres, empiler des rondins ou habiter les carrés potager 😉

DSC_0326 DSC_0323 DSC_0301 DSC_0328

Après ça je leur ai montré une technique toute simple que j’aime beaucoup parce qu’elle permet de faire beaucoup de petites choses rapidement: photophore, nid, petit panier, hochet….mais une technique pas toujours simple au début, on s’embrouille facilement! Et pour obtenir quelque chose de régulier il faut maitriser la force du matériau et avoir des gestes les plus précis possibles. Mais chez certaines, il semble que ce soit assez naturel!

Concentration, habileté, doigté, précision, on plie, on redresse, on recourbe, on  coude, o ligature et on joue contre la force de l’osier.

 

DSC_0306 DSC_0298 DSC_0322

Il y aurait eu plein d’autres choses encore à voir et à essayer mais cette technique à occupé beaucoup de temps sur cet atelier à rallonge! Avec l’osier on a toujours envie de plus….alors la suite l’année prochaine!

Une cabane en osier

Il a fait un temps magnifique pour cet atelier! Malgré quelques désistement de dernière minute pour cause de maladie, plusieurs enfants étaient au rendez vous.

Après quelques explications sur l’osier vivant et son utilisation, on  a commencé par préparer l’osier et tracer le cercle de cabane. Une fois de plus le « marteau-pousseur » a eu bien du succès!  Les sécateurs également puisque nous avons eu une  » coupeuse » en chef qui a préparé presque tous les brins à elle seule et taillé toutes les ligatures. Les plus petits n’étaient pas en reste, ils se sont essayés aussi à la taille avant d’aller jouer dans le jardin.

DSC_0026 DSC_0023

Une fois les brins plantés, le plus dur rester à faire, tresser, ligaturer et fermer la cabane. En cours de ligature, il y a toujours un gros moment de lassitude aussi bien pour les enfants que pour les adultes.

DSC_0029 DSC_0037 DSC_0041

Et puis d’un coup  ça ressemble à une cabane et là c’est l’émerveillement! J’adore ce moment dans le travail de l’osier ou d’un fétu de branches disparate, on passe à un objet fini, d’un coup, presque sans transition. Tous les enfants qui avaient déserté le coin sont venus dans la cabane en cours de finition pour se l’approprier.  Elle est immédiatement devenu un terrain de jeu.

DSC_0044 DSC_0053 DSC_0051

Comme certains participants n’avaient pas envie d’arrêter, on a continué en faisant une petite extension, un tunnel rattaché à la cabane réalisé plus librement. Il a été très vite pris d’assaut également!

DSC_0060

La fraicheur du soir en forêt nous a incité à arrêter là, vivement samedi prochain!

DSC_0048 DSC_0049 DSC_0061

Tresser une haie en osier vivant

Aujourd’hui le beau temps est avec nous, tout du moins il ne pleut pas. C’est le temps idéal pour faire de l’osier vivant avant la fin de la saison!

Il s’agit du premier atelier d’une série de trois sur ce thème ( aller voir sur le calendrier les autres dates si ça vous intéresse, il reste quelques places!).

Alors l’osier vivant c’est quoi?

L’osier vivant, c’est du saule. De jeunes gaules de saules prêtes à être bouturées: prêtes à être remises en terre pour donner des racines et produire des feuilles, se développer. C’est le même osier qu’en vannerie traditionnelle, pour les paniers à la différence prêt que pour les paniers l’osier est séché, écorcé et bien souvent éclisser.

Quand on tresse une haie en osier vivant, on façonne le végétal un peu à la façon d’un tissage. On passe devant, derrière, devant…et on ligature les brins d’osier qui se croisent. A chaque jonction, le bois va se souder, les losanges façonnés vont se réduire et s’opacifier avec l’épaississement du bois. La haie d’osier va devenir comme une dentelle d’arbre pour peu qu’elle soit bien entretenue.

On prépare le matériel: sécateur, osier de différentes tailles pour la haie et les ligatures, des jauges pour faire un tressage régulier ( tout du moins essayer), et un outil qui n’existe pas pour faire des trous plus simplement qui a été baptisé « marteau pousseur » pendant l’atelier.

DSC_3887

DSC_3890

On marque les emplacements par un trou avec le fameux « marteau pousseur » qui a d’ailleurs provoqué des rivalités chez nos petits vanniers en herbe. Les plus grands ont pris la tache très au sérieux et ils se sont occupés du dessin de la haie au sol.

DSC_3891

Et c’est parti! Dès le démarrage on s’embrouille un peu mais le coup de main vient vite!

DSC_3898

DSC_3902  DSC_3908

DSC_3903

Et pendant ce temps, nos minis s’occupent non sans plaisir…

DSC_3899
Pause gouter bucolique bien mérité!

DSC_3905

Elles n’ont pas voulu  toucher à l’osier, mais ont quand même manipulé les sécateurs et le fameux « marteau pousseur » et surtout, surtout, elles nous ont beaucoup observé, déplaçant leur chaise progressivement…

DSC_3912

A la fin de l’après midi, le travail est bien avancé mais pas achevé! Ca n’entache en rien la bonne humeur, on est tous content du résultat. On a découvert un lieu, on s’est amusé, on a appris des techniques et l’osier, il n’y a pas à dire, c’est agréable à travailler.

DSC_3913

J’ai fait les finitions à la nuit tombée, accompagnée par un hibou 😉 alors les photos seront pour plus tard!