Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)

Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)

Idée reçue n°6: les feuilles ressemblent à ça

Commençons par une petit précision botanique, le plus souvent il ne s’agit pas d’une feuille, mais d’une foliole.

 L'ensemble de ce que l'on voit ci dessus forme la feuille, composée de 11 folioles.

L’ensemble de ce que l’on voit ci dessus forme la feuille, composée de 11 folioles.

La feuille qui se ressemble le moins est celle du conifère. Les conifères sont les plus vieux arbres du monde. Ils ont du faire face à beaucoup de phénomènes d’adaptation tel que sécheresse, vent, grand froid…du coup, ils ont modifié leurs feuilles en écailles ou en aiguilles.

photo1: aiguilles de pin, photo2: aiguilles de sapin, photo3: écailles de thuyaphoto1: aiguilles de pin, photo2: aiguilles de sapin, photo3: écailles de thuyaphoto1: aiguilles de pin, photo2: aiguilles de sapin, photo3: écailles de thuya

photo1: aiguilles de pin, photo2: aiguilles de sapin, photo3: écailles de thuya

Le conifère le plus surprenant en terme d’évolution du feuillage est le Gingko biloba. Le gingko est une espèce dite fossile, il est le seul et dernier représentant de son genre, apparu il y a plus de….270 millions d’années!

Sa particularité est liée à sa nervation (nervation dichotomique), qui dessine des ramifications sur la feuille comme s’ il s’agissait d’aiguilles qui s’étaient soudées. Deux nervures partent de la base et se divisent a plusieurs reprises. En fait on peut imaginer que la feuille se constituait de lanières qui se sont soudées au fil de temps avec des tissus favorisant la photosynthèse.

Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)

Ruscus aculeatus, le fragon petit houx est exceptionnel aussi dans son genre. Ses feuilles sont en réalités des tiges aplaties, ce qui donnent l’impression que les fleurs et fruits poussent a même les feuilles. Les feuilles sont les épines situées à l’extrémité des feuilles-tiges (cladodes) et ne peuvent pas assurer la photosynthèse, d’où le développement des tiges!

On retrouve les mêmes spécificités chez les cactées!

Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)
Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)

En intérieur, on peut observer le feuillage sphérique de Senecio rowleyanus. Ses feuilles forment des billes de 3 à 5mm de diamètre. Cette plante fait partie des succulentes, des feuilles capable de faire des réserves en eau dans leur feuille pour supporter les longues sécheresse.

Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)
Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)

Tolmiea menziessii, appelée La poule et les poussins par les allemands! Cette plante à la particularité de se multiplier par stolons fixés sur le limbe des feuilles, donnant l’impression que les feuilles poussent l’une sur l’autre.

Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)

Idée reçue n°7: les plantes ne bougent pas

Les plantes sont enracinées au sol et de ce fait ne peuvent pas se déplacer. Si l’emplacement ne leur convient pas, elles ne peuvent qu’attendre de disséminer leurs graines pour se développer ailleurs.

Pourtant, certaines plantes sont capables de se mouvoir. non pas pour parcourir plusieurs mètres mais au moins pour améliorer leur condition de vie.

C’est par exemple le cas de Desmodium gyrans, une plante dite sensitive dont on peut percevoir les mouvements à l’oeil nu. On dit qu’elle danse tellement les mouvements sont importants. Cette plante qui chez nous se cultive en intérieur réagit aux vibrations et à la lumière.

Mimosa pudica est également bien connue pour sa réactivité. Cette plante a développé un stratagème qui lui permet de ne pas se faire manger: au moindre contact, elle replie ses feuilles et prend l’allure d’une plante fanée.

Attention toutefois à ne pas trop abuser de ces capacités. La plante consomme beaucoup d’énergie pour mettre en œuvre ce stratagème, répéter le geste en viendrait à l’épuiser.

Idée reçue n°8: les plantes poussent sur le sol.

Et d’autres poussent dans les airs, sur les arbres. On les dit epiphytes. On pense tout de suite aux plantes tropicales type orchidées, tillandsia, corne d’élan….qui sont des plantes particulièrement surprenantes. Elles ont développé des mécanismes particulier leur permettant de capter l’humidité de l’atmosphère tels que la pilosité, la disposition des feuilles en entonnoir, voile absorbant sur les racines….

Plus local, on observe le même phénomène avec le gui (plante parasite) et avec les mousses, lichens, fougères de nos forêts.

Les orchidées que l’on achète n’ont donc absolument pas besoin de leur pot, il ne sert qu’à les faire tenir debout! c’est l’occasion de tenter de reconstituer l’environnement naturel de ces plantes dans nos maisons.

Ananas sauvage, orchidées, tillandsia et bromeliacées, mousses et fougère sur un érable
Ananas sauvage, orchidées, tillandsia et bromeliacées, mousses et fougère sur un érable
Ananas sauvage, orchidées, tillandsia et bromeliacées, mousses et fougère sur un érable
Ananas sauvage, orchidées, tillandsia et bromeliacées, mousses et fougère sur un érable

Ananas sauvage, orchidées, tillandsia et bromeliacées, mousses et fougère sur un érable

Idée reçue n°9: les racines sont dans le sol

On vient de le voir, certaines plantes poussent dans les airs, leurs racines ne sont donc pas cachées dans le sol.

Mais il existe d’autres plantes dont les racines forment des cathédrales ou d’étranges sculptures. Racines aériennes, racines échasses, pneumatophores..ces étrangetés concernent aussi bien des espèces locales que des plantes tropicales.

Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)

La première qui nous vient spontanément en tête c’est le palétuvier, présent dans les mangroves. Ce système d’échasse permet aux arbres de vivre sur « pilotis » et de ne pas être noyé dans l’eau salée des mangroves.

Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)

Un autre spécimen sur échasse:

Le figuier étrangleur, il ne s’agit pas d’un Ficus particulier mais d’une dénomination générale pour beaucoup de Ficus. Le Ficus s’enroule autour d’un arbre jusqu’à le remplacer complètement formant une véritable cathédrale en dentelle. Le lierre agit avec beaucoup de similitudes à la différence près qu’il n’étrangle pas l’arbre-support, il participe au contraire à sa santé par l’écosystème qu’il permet de développer.

Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)
Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)
Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)

Chez nous, notamment au jardin botanique de Montigny les Metz, on peut observer les pneumatophores du Cypres chauve. Ces excroissances permettent d’apporter de l’oxygène et d’améliorer l’ancrage des sujets en milieu marécageux.

Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)
Un jardin pédagogique contre les idées reçues (partie 2)

Idée reçue n°10: les plantes se reproduisent par les fleurs.

C’est le mode de reproduction le plus courant et le d’ailleurs le premier thème de reproduction végétal abordé à l’école.

La floraison est parfois insignifiante ou passe inaperçue comme chez les erables par exemple.

noisetier et erable plane en fleurnoisetier et erable plane en fleur

noisetier et erable plane en fleur

Ces floraisons ont lieu à cycle régulier, ce qui perpétue la propagation des espèces. Pourtant, il existe une plante qui ne fleurit pas. une plante très à la mode actuellement. Dire qu’elle ne fleurit pas est une erreur, en réalité elle va fleurir une seule fois dans sa vie et sa floraison initie sa mort. Il s’agit du bambou. Si quelques bourgeons fleurissent, rien à craindre mais si la totalité fleurit et que les chaumes perdent leurs feuilles c’est mauvais signe. Il est dit que lorsqu’un bambou fleurit tous les bambous de la même espèce partout dans le monde fleurissent en même temps.

Certains bambous ont une floraison cyclique (tous les 30 ou 100 ans) d’autres n’ont pas de rythme et les raisons qui induisent la floraison est totalement inconnue.

fleur et fruit
fleur et fruit

fleur et fruit

Pour se développer les plantes ont recours a une reproduction asexuée. Elle aura lieu de différentes manières en fonction des espèces: stolons, spores, rhizomes, bulbilles, tubercules…

Stolons de fraises, spores de fougère, rhizome d'iris, rhizome de bambou, tubercule de pomme de terre, bulbilles d'alliumStolons de fraises, spores de fougère, rhizome d'iris, rhizome de bambou, tubercule de pomme de terre, bulbilles d'allium
Stolons de fraises, spores de fougère, rhizome d'iris, rhizome de bambou, tubercule de pomme de terre, bulbilles d'alliumStolons de fraises, spores de fougère, rhizome d'iris, rhizome de bambou, tubercule de pomme de terre, bulbilles d'allium
Stolons de fraises, spores de fougère, rhizome d'iris, rhizome de bambou, tubercule de pomme de terre, bulbilles d'alliumStolons de fraises, spores de fougère, rhizome d'iris, rhizome de bambou, tubercule de pomme de terre, bulbilles d'allium

Stolons de fraises, spores de fougère, rhizome d’iris, rhizome de bambou, tubercule de pomme de terre, bulbilles d’allium

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s